Le dernier mâle sur terre

THE LAST MALE ON EARTH

LE DERNIER MÂLE SUR TERRE
THE LAST MALE ON EARTH

de/by Floor van der Meulen
Netherlands, 2019, 72 min

SYNOPSIS ET DÉTAILS

LE DERNIER MÂLE SUR TERRE

Il ne reste plus qu’un seul rhinocéros blanc du Nord dans le monde et ses jours sont comptés. Il s’appelle Soudan et, après 42 ans sur cette planète, il a vécu jusqu’à la fin de sa vie et de celle de son espèce. Il est protégé 24 heures sur 24 des braconniers par des gardes du corps armés, mais est également entourés de journalistes, de touristes munis de selfies et de scientifiques déterminés à trouver le moyen de le reproduire avant qu’il ne soit trop tard. Un sujet difficile servit dans une forme légère et élégante, mais sérieuse. Car même si l’ironie de la domination (auto) destructrice de l’homme sur la Terre est devenue évidente pour la plupart des gens, Soudan se tient lourdement et majestueusement au milieu de tout cela, comme une image miroir de notre propre mégalomanie. Le premier film de Floor van der Meulen témoigne d’un talent extraordinaire pour équilibrer les nombreux récits parallèles des derniers jours du rhinocéros soudanais et de la tragi-comédie humaine qui se déroule autour de lui.

There is only one male Northern White Rhino left in the world, and his days are numbered. His name is Sudan, and after 42 years on this planet he has lived his – and his species’ – life to the very end. Protected around the clock from poachers by armed bodyguards, but also surrounded by journalists, tourists with selfie sticks, and scientists who are determined to find a way to reproduce him before it’s too late. A difficult topic served in a light and elegant, but serious form. For even though the irony of man’s (self)destructive dominance on earth has become clear to most people, Sudan stands heavily and majestically in the midst of it all, like a mirror image of our own megalomania. Floor van der Meulen’s debut film testifies to an extraordinary talent for balancing the many parallel narratives of the rhinoceros Sudan’s last days and in the human tragicomedy that unfolds around him.